666e kilomètre - de Michaël Moslonka

Publié le par sagweste

666e kilomètre - de Michaël Moslonka

Michaël MOSLONKA

666e kilomètre

sorti en 2014
éditeur: Fleur Sauvage
genre: thriller fanstastique, satyre de la société
ma note: 4/5
 
4ème de couverture:
661, 662, 663, 664, 665...
Une autoroute connue de tous, des kilomètres qui défilent.
Et, sur les aires de repos, ces mêmes personnes sur lesquelles on tombe.
Étrangement... Cruellement...
______________________________
Mon avis:
En refermant ce livre, je me dis: whaou, quelle plongée introspective dans la morale, la critique, la haine sociétale. Ces 3 mots étant le fil conducteur de la descente aux enfers que va suivre Camus, le personnage central de l'auteur.
Camus, un trentenaire esseulé aux prises avec ses névroses, part en vacances chez un ami. Mais arrivé sur l'aire de repos au kilomètre 661... tout bascule. D'accidents incompréhensibles en rencontres aussi improbables qu'horrifiques, les scènes hallucinantes se succèdent. Rien ne nous est épargné. Le kilomètre 666 en sera l'apothéose.
L'histoire m'a happée du début à la fin, sans temps mort. Camus élabore des hypothèses de compréhension dans un dialogue à 3 entre lui, sa miss morale et son mister cynisme. Il essaie par tous les moyens d'y trouver une réalité, quelle qu'elle soit, sans y perdre sa faculté de 'raisonnance'.
Un thriller psychologique atypique, de part la personnalité complexe de Camus et non de celle des auteurs de crimes.
Les personnages rencontrés sur l'autoroute sont tous haut en couleur, la vieille dame en mauve, l'ado, les personnes âgés, l'auto-stoppeur, la BMW, les amoureux, etc. Aucun ne vous laissera indifférent.
J'ai aimé les petites notes subtiles de Michaël Moslonka entre le nom de son personnage principal, Camus, et l'auteur classique bien connu: "Camus peste..." ou encore nommer l'auto-stoppeur "l'etranger... non l'Estranger". J'en étais friande. Camus, ne connaissant pas les personnes qu'il croise sur l'A10, leur donne à tous un surnom, source de digressions analytique sur ce que chacun représente aux yeux de la société. Un bonheur caustique à la lecture.
Vous le remarquez, je me suis régalée de cette première rencontre avec Michaël Moslonka qui sera suivie sans faute par d'autres lectures.

Publié dans Thriller

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article