Le Grand Marin - de Catherine POULAIN

Publié le par sagweste

Le Grand Marin - de Catherine POULAIN
Catherine POULAIN
Le Grand Marin
 
sorti en février 2016
genre: roman d'aventures, autobiographique
ma note: 5/5
 
Résumé:
En arrivant à Kodiak, un port de l’Alaska, Lili Colt sait qu’elle va enfin réaliser son rêve : s’embarquer sur un de ces bateaux qui partent pêcher au loin.
Pour la jeune femme, une runaway qui a fui le confort d’une famille française pour « faire la route », la véritable aventure commence. Le choc est brutal. Elle doit dormir à même le pont dans le froid glacial, supporter l’humidité permanente et le sel qui ronge la peau, la fatigue, les blessures...
À terre, Lili partage la vie des marins – les bars, les clubs de strip-tease, les motels miteux. Quand elle tombe amoureuse du «Grand marin », les choses changent pour elle : comment choisir entre sa propre liberté et son attirance pour cet homme dont la fragilité la bouleverse?
______________________________________
Mon avis:
Atypique, ce roman m'a complétement submergée durant les 3 jours de sa lecture.
C'est en voyant une chronique de ce livre à Télématin sur France 2 il y a un mois que j'ai senti la curiosité me titiller fortement. Je suis donc partie me le procurer vite fait, sachant que ce n'est absolument pas mon style de livre du tout.
 
Quelle aventure, car c'en est une, une vraie: Lili quitte la France pour vivre son rêve: devenir pêcheur à la frontière de nulle part en Alaska. Pas facile quand on est femme, petite et que l'on n'arrive pas vraiment à se faire comprendre car pour "eux", elle a un accent. Mais elle persévère, elle endure tous les inconforts, ne se plaignant jamais; voulant apprendre, toujours apprendre. C'est un monde d'hommes, de vrais, où le travail en mer est épuisant, harassant, mais si jouissif pour eux.
Lili est une warrior, elle aussi ressent tout cela au fond ses tripes. Elle se blesse ne dit rien, et n'a qu'une idée en tête: repartir sur un bâteau. Petit à petit elle se fera respecter, alliant les petits boulots à Kodiak. Elle travaille dur mais sa sensibilité en fait une femme plus qu'attachante.
Le salaire, quand il y en a, est dépensé très vite en alcool. Ce monde où les hommes essaient de croire en une vie normale mais où cela s'avère impossible pour eux de ne pas voguer. Lili aussi vit au jour le jour, mais elle le choisit.
 
Un homme la fera chanceler mais pas plier, une certaine peur de lui, un attachement profond; mais ce Grand Marin pourra t'il être plus fort que son envie de pêcher? De n'être liée à rien?
 
La plume de l'auteur rend cette aventure trépidante: les phrases sont courtes, percutantes. Limite saccadées par moment.
Pas de faux semblants, la vie est dure à bord et elle nous la décrit par le menu. Une immersion totale dans les creux des vagues, à en sentir les embruns, les paquets d'eau mais aussi ces poissons qui remontent par les palangres, ce sang qui dégouline, ces corps d'hommes qui s'entassent en cabine quelques heures avant de retourner sur le pont.
Merci pour cette aventure Catherine Poulain, vous avez réussi à m'emporter avec vous, pendant un temps, dans votre vie en Alaska.

 

De toute façon, écrit-elle ici, je m’en vais toujours. Ça me rend folle quand on m’oblige à rester dans un lit, une maison, ça me rend mauvaise. Etre une petite femelle, c’est pas pour moi. Je veux qu’on me laisse courir

Le Grand Marin

Commenter cet article