Un souffle, une ombre - de Christian CARAYON

Publié le par sagweste

Un souffle, une ombre - de Christian CARAYON
Christian CARAYON
Un souffle, une ombre
 
Genre : thrilelr, enquête, drame social
Aux Editions Fleuve Noir
Sorti le 14 avril 2016
 
Ma note : 3/5
 
Résumé :
Été 1980. Le lac de Basse-Misère, dans le sud du Massif central. Un groupe d’adolescents de bonne famille est massacré sur l’îlot où il était parti camper, en marge de la fête du club nautique local. Dans toute la région, l’onde est sismique. Comme un point de bascule irréversible, qui signe la fin d’une époque d’insouciance, et le début du déclin de la vallée.
À Valdérieu, principale agglomération du pays, quelque chose s’est brisé pour toujours.
Trente-quatre ans plus tard, le meurtrier supposé croupit derrière les barreaux. Mais à l’université de Toulouse, le chercheur en histoire Marc-Édouard Peiresoles ne croit pas en sa culpabilité.
Originaire de Valdérieu, et témoin impuissant du cataclysme alors qu’il n’était que collégien, il décide de retourner sur place, et de reprendre toute l’enquête. Comme on replonge dans ses propres traumatismes. Comme on lève le voile sur trois décennies de non-dits, en grattant le vernis d’une communauté beaucoup moins lisse qu’il n’y paraît. Derrière les fantômes des adolescents disparus, c’est bientôt le lac de Basse-Misère qui se réveille, tel un prédateur endormi. Déjà prêt à engloutir ses prochaines victimes...
 
La couverture :
Flippante, je savais que je plongeais dans un thriller.
 
Mon avis :
Nous faisons connaissance avec Peiresoles, un prof de fac d’histoire qui est loin de recueillir tous les suffrages de bonhommie et de respect de la part de ses collègues. Sa vie privée est également à la dérive : un mariage râté, une liaison mal vue avec une étudiante qui se révèle être aux prises avec des souffrances d’ordre psychiques. En un mot, il est seul.
 
Pour garder la tête hors de l’eau, il décide de se pencher sur un fait divers qui a eu lieu dans son enfance, dans la région où il résidait, été 1980 où 3 jeunes sont morts et une petite fille très traumatisée. Il veut en faire une thèse afin d’estimer l’impact qu’à eu ces meurtres sur le développement social de la région.
 
Il va se replonger dans les faits stricto sensu, essayer de rencontrer tous les protagonistes qui ont gravité autour de cette histoire. Mais au fur et à mesure de son enquête, certains faits vont lui parler de manière ambivalente.
 
Ce roman est porté à la fois par l’histoire racontée mais surtout par la plume de l’auteur qui en fait un récit lent, se déroulant tranquillement, sans à coups.
L’alternance entre la vie de Peiresoles de nos jours et celles des habitants de Valdérieu à l’époque nous ballotent au gré des découvertes du professeur. Cet homme est plus que cela, il a besoin de se mettre à la place de celui ou celle qu’il examine dans les différents documents qu’il regroupe. J’ai eu l’impression d’un ‘profiler’ avec un 6ème sens, ses déductions viennent une fois qu’il a pu, dans un lieu propice, se mettre dans la peau d’un personnage. Autant dans la vie quotidienne, il serait plutôt considéré comme un looser, autant dans ses phases de recherches sur ces meurtres il devient percutant et très fin dans ses analyses.
 
Ce thriller est à prendre sous un jour particulier, très différent de ceux qu’on a l’habitude de lire : tous les détails enrobent le récit, que ce soit la nature qui a ici un rôle prépondérant, mais également dans l’avancée méthodique et lente du professeur. Je me suis coulée dans cet espace temps de 1980, tranquillement, malgré l’atrocité des crimes, malgré le déclin de la région après une enquête bâclée de la part de la Justice.
 
C’est le premier roman de Christian Carayon que je lis et il m’a sortie de ma zone de confort concernant les thrillers. Pour autant, je n’ai pas lâché ce livre, car impossible de rester avec cette interrogation : mais que s’est il vraiment passé sur cet îlot en août 1980 ?
Je compte rencontrer l’auteur samedi prochain, le 8 octobre au Salon de la 25ème heure du livre au Mans.

Publié dans Thriller

Commenter cet article