A la verticale de l'instant - de Eric CHAVET

Publié le par sagweste

A la verticale de l'instant - de Eric CHAVET
Eric CHAVET
A la verticale de l’instant
 
Genre : roman
Aux Editions ArHsens
Sorti en novembre 2016
 
Ma note : 4/5
 
Résumé :
Un été, à Lyon.
Hervé Renard rentre chez lui, fatigué des jours passés, sans plus rien attendre de ceux à venir. Au milieu de la passerelle enjambant la Saône, un homme accablé de chaleur le croise, le regard fuyant, sans un sourire...
Une histoire. Des destins qui se frôlent.
Un été, à Lyon.
Hervé Renard rentre chez lui, fatigué des jours passés, sans plus rien attendre de ceux à venir. Au milieu de la passerelle enjambant la Saône, un homme accablé de chaleur le croise. Un regard accroché, un sourire...
Mais ça, c'est une autre histoire. Des destins qui se mêlent.
 
La couverture :
Belle photo de verticalité, épurée.
 
Mon avis :
Je tiens à remercier l’auteur de m’avoir offert son tout dernier livre.
 
Nous faisons connaissance avec Hervé Renard, un nom anonyme, à un instant de sa vie. Pour le connaitre, un petit saut dans le passé, pour le connaitre lui, sa vie d’enfant, sa mère, son père.
Et puis retour aujourd’hui sur cette passerelle, croisant un autre homme, tout aussi anonyme. Mais cette rencontre va nous réserver une surprise : en fonction d’un sourire ou non, quelle destinée peut s’en suivre ? Laurent, Roland, et les autres… tous se croisant, enchevêtrant leur vie mais dont les aboutissants pourront aller de macabre à la félicité en fonction des choix de chacun.
Une même situation, 2 vies possibles.
 
Et tout cela reposant sur la plume de l’auteur pour nous les faire vivre : vifs et incisifs, les mots s’entrechoquent, se superposent, balisant ce récit… oui le ton est donné. Ce roman repose sur les mots, tous accolés, tous porteurs de sens. Ce sont eux les vrais personnages de ce récit, ce sont eux qui permettent que ces vies parallèles fassent sens, qu’ils nous portent vers l’un ou l’autre de ces personnes qui se croisent sans se connaitre mais qui au fond vont avoir leur part de responsabilité dans le futur immédiat de l’autre.
 
J’ai découvert Eric CHAVET lors de son excellent policier « Le vacarme du papillon ». Et je le retrouve ici, plus mûri dans son art de déployer les mots. Il jongle avec, il devient virtuose. Le regard parcourt les paragraphes en vivant la scène, en ressentant tout ce qui traverse le personnage, en bien, en mal, en collatéral, en ascendant ou descendant.
 
Je te dis Bravo Eric, ce livre je ne suis pas prête de l’oublier. Il m’a marquée par sa construction, il m’a fait sourire de dérision, de fatuité, d’inconvenance des décisions que l’on peut avoir. Mais aussi de bienveillance, de félicité d'adolescent, du bonheur de devenir père.

Publié dans Roman

Commenter cet article