Un sac - de Solène BAKOWSKI

Publié le par sagweste

Un sac - de Solène BAKOWSKI
Solène BAKOWSKI
Un sac
 
Genre : roman noir, folie
Aux Editions Milady Thriller
Sort le 20 janvier 2017
Ma note : 5/5
 
Résumé :
En pleine nuit, une femme attend face au Panthéon, seule, un petit sac dans ses bras frêles qu'elle serre comme un étau. Cette femme, c'est Anna-Marie Caravelle, l'abominable, l'Affreuse Rouquine, la marginale.
Lorsque, vingt-quatre ans plus tôt, Monique Bonneuil décide de prendre en charge, en secret, à l'insu du reste du monde, l'éducation de la petite Anna-Marie, fille d'un suicidé et d'une folle à lier, elle n''imagine pas encore le monstre qu'elle abrite sous son toit et que, lentement, elle fabrique. La petite fille, poussée par ses démons, hantée par son histoire, incapable de distance, tue, un peu, beaucoup. Elle sacrifie, règle ses comptes, simplement.
Mais que fait-elle là, cette jeune femme agenouillée en plein Paris, au beau milieu de la nuit ? Et que contient ce mystérieux sac qui semble avoir tant d'importance ?
Voici l'histoire d'Anna-Marie Caravelle.
 
La couverture :
J’ai adoré la couverture, elle est sobre, et met dans l’ambiance de suite. Le choix du rose pour le titre est magnifiquement trouvé.
 
Mon avis :
Je remercie tout d’abord les Editions Milady Thriller et Netgalley pour m’avoir fait confiance dans la lecture de ce livre.
 
J’ai trouvé ce roman magistral. Oui c’est un mot fort mais il reflète exactement ce que j’ai ressenti en tournant la dernière page de ce livre.
 
L’auteur nous confie l’histoire d’Anna-Marie Caravelle. Tout d’abord in utero, puis sa jeunesse et sa prime vie d’adulte. Solène Bakowski nous plonge dans le vendre s’arrondissant de sa mère pour nous présenter Anna. Oui, Anna débute sa vie de fœtus avec un père se suicidant à l’annonce de son ancrage dans le ventre maternel, et une mère sacrifiant à une folie la rendant mutique dans la seconde qui suit. Un départ dans la vie marquant mais heureusement ou malheureusement pour elles, une voisine va prendre s’occuper de ces deux êtres en perdition.
 
La plume nous fait vivre chaque jour, chaque mois, chaque année. Anna est particulière, mais comment ne pas compatir à son début dans la vie, à ce qu’elle a vécu auprès de Madame Bonneuil. Pouvait-elle se construire de manière plus posée ?
 
Crescendo, nous suivrons pas à pas la douce folie envahissant la jeune, sa rencontre avec un autre être paumé comme elle qui va être son pilier lors de l’adolescence.
 
L’histoire se livre d’elle-même sans longueur, sans à coups, prenante, passionnante. Un page turner sur la folie, pour laquelle j’aurai presque eu de l’empathie.
 
Et puis, ce fil rouge qui entrecoupe les chapitres, cette femme qui tient un sac, mais qui a du mal à faire ce qu’elle doit faire : qui est elle ? Que doit elle faire avec ce sac ?
 
Cela fait longtemps que je ne me suis pas autant laissée toucher par une histoire mal celle-ci est particulière, à la hauteur d’Anna et de sa vie.
 
Merci pour ce roman, qui questionne sur le fait que chaque enfant ne nait pas avec la même égalité de chance dans la vie et que sa construction peut être si perturbée qu’elle enclenche un processus incertain.
Un coup de cœur !

Publié dans Thriller, Roman noir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article