Dust - de Sonja DELZONGLE

Publié le par sagweste

Dust - de Sonja DELZONGLE
Sonja DELZONGLE
Dust
 
genre : thriller
aux Editions Denoël
Sorti en juin 2015
Ma note : 4/5
 
Résumé :
Installée à New York, Hanah Baxter, profileuse française de renom qui traque les tueurs en série, est appelée en renfort par la police de Nairobi dont l'enquête piétine. Depuis plusieurs mois, on retrouve des croix de sang tracées dans la poussière, mais aucun cadavre. Crimes de psychopathe ? Meurtres rituels ? Sorcellerie ? Dès son arrivée au Kenya, Hanah découvre que des hommes et des femmes albinos sont massacrés à la machette. Cette double enquête conduira la profileuse aux confins de la folie humaine...
 
La couverture :
Belle couverture, simple, mais tout y est.
 
Mise en bouche:
Pour découvrir cette auteure dont j’entends beaucoup parler, j’ai décidé de me pencher sur « Dust ». Je l’ai lu en LC (lecture commune) avec le chroniqueur Jean Louis Rouillan qui venait de terminer « Récidive », livre sorti le 6/04 qu’il avait adoré.
 
L'avis de Jean Louis:
 
Je ne saurais être totalement objectif dans mon impression envers ce roman.
Pourquoi ?
De par le lieu d'abord : Parce que j'aime l'Afrique et que j'en ai retrouvé les fragrances au fil des mots. Avec Dust, loin des stéréotypes, il m'a été donné de lire un thriller différent : dans le lieu de l'action d'abord puisque celle-ci se passe au Kenya où "l'air chaud s'insinue jusqu'à la racine des cheveux. La caresse de l'Afrique sur la nuque."
Et ensuite de par le ressenti de l'auteure pour l'Afrique, tant elle la décrit aussi bien.
"En Afrique, vous allez voir ce que vous ne verrez nulle part ailleurs... Au début vous croirez que votre esprit vous joue des tours, mais c'est tout simplement parce que, ici, les forces de la nature sont impénétrables..."
De par le récit enfin :
J'y ai retrouvé avec plaisir Hanah Baxter, la profileuse, qui "Une bonne partie de sa vie, avait suivi cette route. La route du mal. La route du sang. Celui des victimes et parfois du tueur. Son destin était tracé au rouge..."
Comme si les pièces d'un jeu de construction s'assemblaient lentement, laissant entrevoir un résultat partiel...
Jusqu'au final.
Malgré une (légère) baisse de régime une centaine de pages avant la fin, l'écriture est plaisante. Le récit est linéaire et pas le moins du monde ennuyeux. On avance pas à pas. On n'est pas submergé par les actions, les faits, les indices. Tout arrive dans un ordre maîtrisé par la plume de l'auteure. Un bon rythme donc, une ambiance restituée loin des clichés, des personnages attachants car tourmentés, plusieurs pistes possibles, pas de lourdeurs dans les détails techniques, des pièces de puzzle qui se découvrent, se complètent et peu à peu... se dépoussièrent.
"Mais tout n'est que poussière dans ce pays, la terre, les victimes, la vie..."
J'ai bien aimé
 
Mon avis:
Tout d’abord ce thriller se déroule au cœur du Kenya à Nairobi. N’ayant pour l’instant encore jamais lu de livre dont l’intrigue se passe en Afrique, j’ai été particulièrement friande de cette ambiance chaude aux us et coutumes bien ancrés. La plume de l’auteur, sans tomber dans de la description au kilomètre, a su me plonger dans cette mégapole où la misère côtoie la richesse, où l’enfance n’a plus sa place protégée et chérie, où le racisme est au cœur de presque tout échange, qu’il soit noir/blanc ou noir/albinos.
 
Ici, Baxter, une profileuse de renommée mondiale est appelée par Collins, chef de la Criminelle à Nairobi, pour tenter un nouvel éclairage sur un serial killer qui sévit depuis plus de 2 ans, ne laissant qu’une croix dessinée sur le sol, remplie de sang, sans cadavre. Ses méthodes peu orthodoxe la soumettent aux railleries, mais qu’importe, ses résultats depuis de nombreuses années parlent pour elle. Son personnage tout au long de l’histoire est très attachant, elle prend fait et cause pour sa mission, faisant fi du reste, avançant quand d’autres voudraient la mettre sur la touche, style Mendoza, un policier antipathique. Mais une autre histoire encore plus horrifique va se superposer à celle des croix ensanglantées, le problème des albinos, minorité à abattre pour certains les parant de vertus magiques dont il faudrait extraire la puissance.
 
Sonja Delzongle nous entraine à ce moment dans un thriller à tiroir. Baxter, aidée de Kate, une jolie policière, jouera sur les deux tableaux, voulant résoudre l’histoire des croix et également laissant parler son empathie naturelle pour la défense des albinos. Ici, il faudra rester ouvert d’esprit, les croyances magiques des africains se heurtant au pragmatisme de la police scientifique et criminelle.
 
Plusieurs chapitres s’intercalent pour faire connaitre le tueur aux croix, ce qu’il pense, on apprend à le cerner dans sa vie d’assassin. Une fois l’enquête terminée le concernant, j’aurai aimé en savoir plus sur son quotidien, j’ai été un peu frustrée à ce niveau là.
 
Comme en parallèle Baxter remonte petit à petit les exactions meurtrières commises à l’encontre des albinos, nous auront donc 2 fins en quinconce. La première concernant le tueur aux croix se déroulant du coup un peu vite à mon goût, alors que celle sur les albinos est magistrale de cruauté.
 
J’ai beaucoup aimé ce livre, ma découverte de l’auteure sera confirmée par la lecture d’un autre opus avec Baxter, un livre sorti le 6 avril « Récidive ».
J’ai bien aimé mon immersion dans cette Afrique noire que je ne connaissais pas du tout, j’ai réussi à m’y projeter dans toute sa dureté quotidienne grâce à la plume sans concession de Sonja Delzongle.

Publié dans Thriller, Lecture Commune

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article