Love Letters to the dead - d'Ava DELLAIRA

Publié le par sagweste

Love Letters to the dead - d'Ava DELLAIRA
Ava DELLAIRA
Love Letters to the Dead
 
Genre : Young Adult
Aux Editions Michel LAFON
Sorti le 15 mai 2014
Ma note : 3/5
 
Résumé :
Tout a commencé par une lettre. Une simple rédaction demandée par un prof : écrire à un disparu. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande sœur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Si elle ne rend jamais son devoir, très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres à Amy Winehouse, Heath Ledger… À ces confidents inattendus, elle raconte sa première année de lycée, sa famille décomposée, ses nouveaux amis, son premier amour. Mais avant d’écrire à la seule disparue qui lui tient vraiment à cœur, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est vraiment passé la nuit où May est décédée.
 
La couverture :
Elle est magnifique, en relief, c’est ce qui m’a fait acheter ce livre.
 
Mon avis :
Après cet achat, j’ai fait une Lecture Commune avec mon amie Laetitia R. concernant ce livre. Notre avis se ressemble beaucoup : globalement c’est un livre à la fois mignon, lent et qui ne laissera pas de trace mémorable.
 
Laurel décide d’écrire sa vie d’ado, dans un style journal intime, en s’adressant à des personnalités connues et décédées style Kurt CoBain, Amy WineHouse etc. Pour la plupart, ce sont des artistes qui sont morts jeunes après plusieurs déviances.
 
Laurel a perdu sa sœur, ce sera le fil rouge de l’histoire : sa construction d’ado dans l’année qui suit. Qu’est ce qui la motive, qu’est ce qui la rend si borderline à certains moments, pourquoi cette envie d’avoir comme amis des personnes qui ne relèvent pas de la normalité bien pensante.
Sa rencontre avec un jeune homme, qui semble plus ou moins connaitre sa sœur, va la forcer à se poser plusieurs questions existentielles.
 
Les YA j’en lis régulièrement et la plume de l’auteur, que ce soit pour un premier roman ou pas, permet de faire entrer dans l’histoire un panel de lecteurs, quelque soit leur âge.
 
Ici, le charme de l’adolescence n’a pas agi pour moi. Je ne me suis pas spécialement retrouvée dans Laurel dont je ne comprenais pas véritablement les décisions. Cela manquait de force pour moi ou alors d’une détresse encore plus marquée suite au décès de sa sœur. Tout au long de l’année on oscille entre les deux, sans se positionner et cette histoire m’a perdue au bout d’un moment par les répétitions dont Laurel fait preuve dans ses comportements.
 
Ce livre est lourd, centré autour de la mort de May, de l’ambiguïté ressentie par sa petite sœur. Pour en faire un livre appétissant, il aurait fallu pouvoir l’entrecouper avec quelques scènes plus légères, voire humoristiques. Comme cela n’était pas le cas, j’ai eu ce sentiment d’un climat pesant, qui ne pouvait pas être bénéfique et positif pour notre héroïne.
 
Je salue tout de même la plume de l’auteur, car pour un premier roman en soliste, je trouve qu’un très beau travail a été fait. Son livre est particulier.

Publié dans Young Adult

Commenter cet article